Un visa pour Joseph !

Pour qu’il puisse reprendre ses études interrompues par une expulsion

mardi 6 novembre 2007, par _M. Franche Comté web

Le vendredi 10 février 2006, Joseph Kollie, étudiant libérien à la
Faculté des Lettres de Besançon était expulsé de façon honteuse, alors
qu’il était à 5 mois d’obtenir sa licence. Demandeur d’asile, Joseph
avait entrepris des études avec succès. Dès l’instant où il a été
débouté du droit d’asile, il n’avait plus le droit de continuer car il
n’était pas entré en France avec un visa pour études.

Avant son expulsion, le Préfet du Doubs n’a eu de cesse d’affirmer à son
Comité de Soutien que, s’il voulait poursuivre des études, Joseph Kollie
devait demander un visa pour études auprès des autorités consulaires de son pays. Après son expulsion les Ministres des Affaires étrangères et
de l’Intérieur d’alors nous ont donné l’assurance que Joseph Kollie
n’était pas interdit du territoire français.

Or, en 2006, il n’y avait aucune représentation diplomatique de la
France au Libéria, pour des raisons d’insécurité dans un pays en ruine
après la guerre civile qui l’avait ravagé. La préfecture du Doubs,
cependant, n’hésitait pas à affirmer qu’il n’y avait aucun danger pour
Joseph Kollie... Le Consulat de France le plus proche, qui prend en
charge le Libéria est à Abidjan, en Côte d’Ivoire soit à 1000 km de
distance, (le prix d’un billet d’avion A/R entre Monrovia et Abidjan est
de 285$, l’avion est le seul mode de liaison entre ces deux villes).

Le Consulat créé un véritable parcours d’obstacles pour pouvoir
simplement déposer un dossier de demande de visa long séjour pour
études. Par exemple « la prise de rendez vous pour déposer le dossier
doit être faite par téléphone à partir d’un poste fixe identifié en Côte
d’Ivoire ». Donc pas depuis le Libéria !

Le Comité de Soutien à Joseph Kollie, composé essentiellement
d’enseignants et d’étudiants, avait constitué depuis Besançon son
dossier de demande de visa. Ce comité avait demandé, vu ces obstacles
insurmontables financièrement pour Joseph (salaire des vacations de
Joseph à l’Université de Monrovia pour des heures d’initiation au
français : 40$ mensuels), une dérogation au Ministre des Affaires
Étrangères : par exemple en remettant le dossier au Ministère à Paris
qui l’aurait transmis à Abidjan. Le Ministre a refusé.

Aidé financièrement par le Comité de Soutien, Joseph s’envole pour
Abidjan, passe plus de quinze jours à l’hôtel entre la prise de rendez
vous, le rendez vous. Finalement, Joseph obtient une réponse : son visa
est refusé sans motif (après un racket de 100€ pour frais de visa).

A son retour au Libéria, Joseph avait perdu ses vacations et ses 40$
mensuels. Il ne les a retrouvés qu’en avril 2007.

----

En 2007, le Comité de Soutien constitue à nouveau un dossier de demande de visa pour Joseph (le dossier est cette fois assorti d’une promesse d’embauche), et l’envoie à Joseph par Chronopost (50€).

Depuis le début de l’année 2007, il y a un Ambassadeur de France en
poste à Monrovia au Libéria. Nous pensons que cela devrait faciliter les choses et Joseph est plein d’espérance.

En fait, il n’en est rien : cet Ambassadeur, qui ne dispose pas de
Consulat, refuse obstinément de prendre en charge le dossier de demande de visa de Joseph et de le faire parvenir au Consulat de France à Abidjan.

Joseph devrait donc, comme l’an dernier, subir la course d’obstacles du
Consulat d’Abidjan, avec toutes ses conséquences : avion, attente à
l’hôtel à Abidjan, etc...

Joseph n’en a pas les moyens financiers, le Comité de Soutien ne les a
plus !

Quel est d’ailleurs l’étudiant libérien qui a les moyens financiers pour
se permettre cette course d’obstacles, sciemment organisée pour limiter
le nombre de visas ?

- Nous exigeons que Joseph Kollie puisse déposer son dossier de demande
de visa pour études à l’Ambassadeur de France à Monrovia.
- Le contenu du dossier remplit scrupuleusement toutes les conditions.
Joseph Kollie doit obtenir son visa. Un refus serait une preuve
d’arbitraire.
- Joseph Kollie doit revenir continuer ses études interrompues de façon
honteuse, parce qu’il était entré en France sans le bon papier !

Nous vous demandons de signer et de faire signer la pétition
téléchargeable ici
pour le retour de Joseph ou en ligne sur le site du Réseau Éducation Sans Frontières.

N’hésitez pas à laisser un message de soutien, celui-ci, ainsi que votre
signature, sera transmis directement à l’Ambassadeur de France au
Libéria, au Consul général de France en Côte d’Ivoire et au Préfet de
Franche-Comté. Nous enverrons également les pétitions à Brice Hortefeux, Ministre de l’immigration et de l’identité nationale.

N’attendez pas, faites-le maintenant, cela prend 2 minutes !

Le Comité de soutien Joseph Kollie / RUSF Franche-Comté
Contact : soutienjoseph@yahoo.fr
Site web : http://www.ras.eu.org/soutienjoseph/

N’hésitez pas à transférer ce message à vos listes syndicales, associatives, politiques ou autres !

SPIP | squelette | | Web interne | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0