Accueil > Communiqués des collectifs RUSF > Lyon > Notre camarade libéré ! Le combat continue !

Notre camarade libéré ! Le combat continue !

lundi 26 septembre 2016, par Lyon

Ce vendredi 23 Septembre, nous étions plus de 80 -dont de nombreux.ses étudiant.es- réuni.es au Tribunal Administratif de Lyon pour soutenir notre camarade Rabbi Ikola enfermé au centre de rétention Saint Saint-Exupéry depuis le mardi 20 septembre. En effet, Rabbi étudiant en M1 de nationalité congolaise et membre du Collectif des étudiant-es étrangers de Lyon, sans papiers et solidaires, s’était fait interpeller en gare de Perrache le mardi matin par les gendarmes qui ciblaient spécifiquement les noir.es. 

La préfecture le considérait injustement comme étant « en fuite » selon le règlement Dublin - règlement qui donne la responsabilité de la demande d’asile au premier État européen par lequel la personne est rentrée et où ses empreintes on été enregistrées. 

Il s’agissait ainsi pour notre camarade de la Suisse, pays où il est venu en 2015 pour y tenir une conférence sur l’actuel processus électoral en RDC, au cours de laquelle il a été surveillé. Il a pu être informé que suite à ses déclarations, il serait arrêté dès son retour au pays. Il a donc été contraint de venir en France demander l’asile. 

En tant que militant d’une organisation ’réseau social pour le bien être de l’humanité’ qui lutte contre la déforestation et le pillage des ressources naturelles -Rabbi Ikola est considéré comme un opposant du régime au pouvoir en République Démocratique du Congo (RDC), où il avait déjà fait l’objet de nombreuses arrestations.

Il risquait ainsi de se faire transférer et enfermer en Suisse, en attendant que celle-ci examine sa demande d’asile. Si l’État Suisse - où il ne se trouvait pas en sécurité – ne reconnaissait pas son statut de réfugié, notre camarade risquait de se faire expulser en RDC, où la répression de l’opposition a fait ces tous derniers jours une centaine de morts.

Ce Vendredi 23 Septembre, il est finalement sorti libre et victorieux de son audience au Tribunal Administratif (T.A). La juge a désavoué la décision de la préfecture et ordonné sa libération immédiate. Le préfet a désormais un mois pour lui délivrer une Autorisation Provisoire de Séjour au titre de la demande d’asile. Sa demande d’asile relevant désormais de l’État français.

C’est donc pour nous un énorme soulagement et une grande victoire, et nous remercions les nombreuses personnes qui se sont mobilisées en solidarité pour exiger sa libération.

Mais cette victoire ne nous fait pas oublier que sur ce seul même jour gare de Perrache, 3 autres personnes - toutes noires - se faisaient interpeller et transférer au Centre de Rétention. Et que la personne jugée après notre camarade - un ressortissant sans papiers du Congo Brazaville, contrôlé aussi à gare de Perrache le même jour- est repartie au centre de rétention.

La semaine dernière déjà, deux autres camarades sans papiers du Collectif se faisaient interpeller à leur domicile. Tous deux avaient été relâchés suite à notre mobilisation rapide devant les locaux de la Police Aux Frontières pour exiger leur libération. 

La lutte que mène le Collectif depuis un peu plus d’un an maintenant avec les sans papiers et demandeurs d’asile - principalement étudiant-es - nous permet d’obtenir des résultats. 

Grâce à la détermination et la solidarité, nous remportons des batailles. Nous devons continuer ! Et pour ça nous avons besoin d’être toujours plus nombreux.ses à nous organiser, car, dans un contexte où la chasse aux sans papiers et la répression se fait plus intense, c’est tous les jours que nous avons à mener les combats qui nous sont imposés.

C’est pourquoi nous vous invitons ainsi à nous rejoindre !
La solidarité est notre force ! Ensemble, nous vaincrons !

SPIP | squelette | | Web interne | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0