Accueil > Communiqués des collectifs RUSF > Paris > Paris 10 > Gérard outragé ! Gérard martyrisé ! Mais Gérard libéré !

Gérard outragé ! Gérard martyrisé ! Mais Gérard libéré !

mardi 3 mai 2011, par Paris 10


 


Acte 1  : Aberration préfectorale  


Gérard, étudiant béninois à Nanterre en L1 AES, en France depuis 2007, se voit refusé le renouvellement de son titre de séjour par la préfecture en décembre 2010 au motif qu’il ne serait pas suffisamment assidu dans ses études. Ingérence préfectorale  : la préfecture n'a pas à statuer sur les critères pédagogiques !!


 


Acte 2 : L’arrestation


Sous le coup d'une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) alors qu’il poursuit ses études, Gérard se retrouve en Centre de Rétention Administratif (prison pour étrangers en situation irrégulière), au Mesnil-Amelot près de l'aéroport de Roissy (ce qui facilite les expulsions !), le 13 mars 2011 à la suite d’un banal contrôle routier.


 


Acte 3 : Libération refusée  


Une demande d'abrogation de l'OQTF (annulation de l'OQTF) et de libération est alors formulée par la CIMADE  et soutenue par le RUSF Nanterre et la présidence de l’Université. Elle est rejetée par la préfecture !


Pour éviter l'expulsion de Gérard, il s'agit maintenant d'éviter que le Consul du Bénin ne signe le laissez-passer (document nécessaire à son expulsion).


 


Acte 4 : La rétention


Après 17 jours de rétention, Gérard passe devant le JLD (Juge des Libertés et de la Détention) à Meaux qui décide de prolonger sa rétention de 15 jours, malgré la mobilisation de nombreux camarades venus pour le soutenir. Gérard décide de faire appel de cette décision dans l'espoir de voir la prolongation de sa rétention réduite à 5 jours (ou d'une libération).


 


Acte 5 : L’appel


Cour d'appel de Paris : Gérard obtient la réduction de sa rétention à 5 jours. Le juge nous confiant qu'il l'aurait volontiers libéré… malheureusement Gérard a rendez-vous avec le Consul l'après-midi même.


 


Acte 6  : Au consulat du Bénin


Quatre camarades se rendent alors au consulat et sont reçus par le Consul. Ce dernier nous explique que jusqu'ici il avait fait sont maximum en ne répondant pas aux différentes sollicitations du préfet. Seulement, le ministère l'aurait appelé pour lui intimer de signer le laissez-passer, ce qu'il fera quelques heures plus tard.


 


Acte 7 : L’aéroport


Ultime recours : empêcher l'expulsion de Gérard en se rendant à l'aéroport. Nous nous retrouvons donc à 30 le dimanche 3 avril à 10h30 (ce qui force le respect !). Pour empêcher non pas une mais deux expulsions (ayant appris la veille que Ibrahima Fofana, père de famille, devait être expulsé par un autre vol quelques heures plus tard).


Nous quadrillons donc les guichets d'enregistrements des deux vols (Conakry et Cotonou) afin de sensibiliser l'ensemble des voyageurs. Certains (pas tous loin de là) sont particulièrement sensibles à la situation de Gérard et de Ibrahima et nous laisse leur numéro de portable. Ces passagers embarquent, c'est alors l'attente, le stress...


Gérard au téléphone : il est sur le tarmac...


Les passagers quant à eux auraient manifesté leur mécontentement auprès de l'équipage…


Les informations sont parcellaires et contradictoires.


Gérard est-il dans l'avion ???


Alors que l'angoisse culmine, Gérard appelle ! Il n'est pas monté dans l'avion ! Il est placé en grade à vue.


 


Épilogue : La libération


Gérard sera libéré dans la soirée... il risquait d'être inculpé pour refus d'embarquer et donc d’être déféré en correctionnel.


Ibrahima Fofana non plus n'a pas été embarqué, il sera libéré le lendemain par le juge (ayant lui été inculpé)


 


Cerise sur le gâteau, nous apprendrons plus tard que ce jour là ce n'est pas 2 mais 8 expulsions qui ont été empêchées !


 


La lutte paye !!!


 


Empêcher les expulsions, refuser le chiffrage et la hiérarchisation des êtres humains, s’opposer aux divisions de classe, de race, de nationalité… C’est possible !


 


Mais pour cela on a besoin de toi, de moi, de lui :


Rejoins-nous tous les jeudis à 18h en DD202


 


Liberté de circulation et d'installation pour tous


Abolition des frontières murales et mentales


 


rusfparis10@gmail.com 06 37 76 02 89

SPIP | squelette | | Web interne | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0